Réduire l'impact des déchets

En réduisant le nombre des déchets sur nos plages, en particulier le plastique nous contribuons à améliorer la qualité de la biodiversité sur nos littoraux.

Des évènements de récoltes réguliers

Les macro-déchets

Les macro-déchets plastiques dans l’environnement marin et côtier sont devenus une préoccupation croissante.

En 2015, la déclaration des dirigeants lors du sommet du G-7 a déclaré: “Nous reconnaissons que les déchets marins, en particulier les déchets plastiques, représentent un défi mondial qui affecte directement la vie marine et côtière et potentiellement la santé humaine.”

Qu’est ce qu’un Macro-déchet?

Les macro-déchets sont des matières solides persistantes, manufacturées ou transformées, rejetées, éliminées ou abandonnées sur la côte ou en mer, visible à l’oeil nu. Ils résultent des modes de consommation et de production non durables de nombreux secteurs de la société, allant de l’industrie, de la pêche et de l’aquaculture, du tourisme aux particuliers. 

Le déchet plastique

4,8 à 12,7 millions de tonnes de plastique entre chaque année dans l’océan (Jambeck et al., 2015)

300 millions de tonnes de plastique produit en 2014. (Plastics Europe, 2015)

Pourquoi autant de plastique?

La durabilité et légèreté du plastique (macro et micro) facilite son transport par les vents, les eaux usées et rivières (Li et al., 2016). Mais il peut aussi provenir des activités maritimes comme des filets de pêches perdus ou abandonnés.

Dans l’océan, les déchets marins sont présents dans les 7 compartiments océaniques (voir figure) : la flore et la faune, le littoral, la surface de la mer, le fond marin ainsi que dans les sédiments, la glace de mer et la colonne d’eau (Law, 2017).

Les plastiques sont particulièrement nocifs car ils sont capable de parcourir de grandes distances avant de se fragmenter (Andrady, 2011). Ces micro-plastiques peuvent alors absorber et relâcher des produits chimiques dans l’environnement qui peuvent par la suite s’accumuler dans la chaîne alimentaire (Li et al., 2016).

  • Identifier les zones d’accumulation des macro-déchets échoués
  • Organiser des collectages sur les plages
  • Mettre en place des plateformes de valorisation dédiées aux plastiques marins en collaboration avec les professionnels de la pêche, de la conchyliculture et de la gestion des ports
  • Contrôler le transport des microbilles pour limiter les pertes lors des transports
  • Évoluer vers l’économie circulaire – ex: tracer les plastiques du producteur aux usagers et retour
  • Changement de comportement contre le tout-jetable et usage unique (consommateurs et producteurs
  • Valorisation énergétique des plastiques non-recyclable
  • Traitement supplémentaire des eaux usées dans les pays en développement.
  • Développer et innover de nouvelles technologies et matériaux alternatifs

Références

Andrady, A., 2011. Microplastics in the marine environment. Marine Pollution Bulletin 62, 1596–1605.

Law, K.L., 2017. Plastics in the marine environment. Annual Review of Marine Science, 9, 205–229.

Li, W.C., Tse, H.F., Fok, L., 2016. Plastic waste in the marine environment: A review of sources, occurrence and effects. Science of The Total Environment 566–567, 333–349.